Allocution de M. Abdoulaye Mar Dieye lors de la Réunion du Groupe Consultatif pour le financement du Plan National de Développement 2016-2020 de la Côte d’Ivoire

May 17, 2016

Excellence Monsieur le Président de la République,

Monsieur le Premier Ministre, Ministre de l’Economie, des Finances et du Budget,

Mesdames et Messieurs les Ministres,

Monsieur le Président de la Banque Africaine de Développement,

Monsieur le Vice-président de la Banque mondiale pour la région Afrique,

Monsieur le Vice-président de la Banque Islamique de Développement,

Mesdames et Messieurs, les Ambassadeurs, Chefs de Missions Diplomatiques et

Représentants des Organisations internationales et interafricaines,

Mesdames et Messieurs, les Représentants de la société civile et du secteur privé, Distingués invités, Mesdames et Messieurs,

C’est pour moi un honneur de prendre la parole au nom de l’Administrateur du PNUD, Mme Helen CLARK et en sa qualité de Présidente du Groupe des Nations

Unies pour le Développement, à l’occasion de cette importante rencontre de dialogue des politiques et mobilisation de ressources. 

Je souhaite vous transmettre le message de solidarité et d'amitié de notre

Administrateur : un message de d’encouragement du système des Nations Unies qui appelle à une mobilisation des partenaires au développement pour accompagner votre pays dans son ambitieux projet de transformation structurelle et développement durable.

Cette rencontre s’inscrit dans un agenda hautement stratégique, qui valorise une vision à long terme du développement et consacre un Plan national de développement, aligné sur les Objectifs de Développement durable. Le premier Plan national de développement (2012-2015) a permis la consolidation de la sortie de crise et a posé les fondements de l’émergence. Le second plan national (2016-2020), à la fois plus ambitieux et mobilisateur, doit permettre d’accélérer la marche vers l’émergence.

La présence aujourd’hui de nombreux partenaires historiques de la Côte d’Ivoire ainsi que des nouvelles puissances émergentes et des organisations régionales africaines, traduisent du dynamisme de la coopération entre la Côte d’Ivoire et la communauté internationale. 

 

Monsieur le Président de la République, 

Monsieur le Premier Ministre,

Distingués invités, Mesdames et Messieurs,

 

La Côte d’Ivoire a repris très vite la place qui lui revient sur l’échiquier sous régional mais aussi continental, et la consolide chaque jour davantage. Le pays a fait des progrès considérables depuis la fin de la crise postélectorale. Il a en effet lancé d’importants chantiers pour stimuler l’économie notamment par des travaux d’envergure en matière d’infrastructures, par la promotion d’un cadrage macroéconomique et financier propice à la croissance, à l’investissement productif ainsi qu’au développement du capital humain. 

Avec une croissance moyenne de plus de 9 % sur la période 2012- 2015, la Côte d’Ivoire figure parmi les pays avec un taux de croissance les plus élevé au monde.  Ces chiffres impressionnants attestent de potentialités remarquables pour une Côte d’Ivoire émergente, prospère et réconciliée. 

Les orientations politiques, économiques et sociales du Gouvernement ainsi que le contexte dans lequel elles s’insèrent, sont extrêmement favorables à une croissance économique forte et pérenne. L’accent mis sur la transformation structurelle des secteurs de l’agrobusiness, de l’industrie, des mines et de l’énergie doivent permettre d’asseoir les bases de l’émergence ce qu’attestent l’intérêt manifeste des investisseurs et l’attractivité de la Côte d’ivoire. Le dernier Rapport Mondial sur la Compétitivité qui classe la Côte d’Ivoire à la 6ème place des économies les plus compétitives de l’Afrique Subsaharienne en témoigne.

 

Monsieur le Président, 

Monsieur le Premier Ministre,

Distingués invités, Mesdames et Messieurs,

 

Les réformes engagées par la Côte d’Ivoire ont amené le Conseil de sécurité a levé toutes les mesures d’embargo. Le pays est entré dans une phase de consolidation de la paix, de la sécurité et de la cohésion sociale qui nécessite un soutien de qualité.

L’établissement d'un environnement sûr qui protège toutes les populations, rassure les investisseurs et donne toute la mesure du potentiel sous régional de la Côte d'Ivoire est crucial. Il est nécessaire à cet égard de poursuivre les actions entreprises en matière de lutte contre la corruption et de transparence dans la gestion des ressources publiques. 

 

Monsieur le Président,

La vision stratégique de votre plan de développement pose les bases solides d’un nouveau contrat social et appelle à réconcilier les impératifs d’une croissance économique « pro pauvres » et l’aspiration profonde des populations à renouer avec leur bien-être. 

En choisissant comme l’un de ses axes prioritaires d’intervention, le redéploiement et l’élargissement des services sociaux de qualité, votre pays s’engage résolument dans la construction du socle social indispensable à une économie émergente qui promeut une dynamique nouvelle de lutte contre la pauvreté multidimensionnelle et les inégalités. La lutte contre les vulnérabilités diverses, l’attention portée à la dimension « genre » et à la protection sociale, sont à même capables de soutenir économiquement les plus pauvres et les jeunes et de protéger les plus faibles contre les vulnérabilités sociales et écologiques. Nous saluons l’engagement du Gouvernement sur ces questions.

Le Système des Nations Unies, à travers son Plan Cadre pour l’Assistance au Développement, a contribué à hauteur de 415 millions de dollars, à la mise en œuvre du Plan National de Développement, 2012-2015. Nous avons atteint des résultats remarquables sur le terrain notamment au plus fort de la crise.  La mission de maintien de la paix de l’Organisation des Nations Unies (ONUCI) arrive à son terme, le 30 Juin 2017 mais les Agences, Fonds et Programmes des Nations Unies demeureront mobilisés afin de soutenir les priorités nationales de sécurité humaine, de développement durable et notamment, d’adaptation au changement climatique. Ainsi pour notre nouveau cycle de coopération, notre contribution est estimée à 443 millions de dollars sur la période 2017-2020.

Permettez-moi de conclure cette allocution en réitérant à la fois, l’engagement des Nations Unies et notre volonté affirmée d’accompagner le Gouvernement et les principaux acteurs nationaux notamment la société civile, le secteur privé et les collectivités territoriales dans leurs initiatives de promotion de la paix, de la démocratie et du développement humain durable.

Je vous remercie de votre aimable attention.

UNDP Around the world

You are at UNDP Africa 
Go to UNDP Global