Nigéria

Nigéria : stabiliser les communautés vulnérables, une condition essentielle pour réduire la dépendance à l’égard de l’aide humanitaire

05 mai 2017 par Edward Kallon, Coordinateur résident et humanitaire des Nations Unies et le Représentant résident du PNUD au Nigéria

La région du bassin du lac Tchad au Nigéria est au bord de la famine. Depuis sept ans, les insurgés de Boko Haram sèment le chaos au sein des communautés locales, provoquant le déplacement des habitants ainsi que des milliers de morts. Si l’étendue des dégâts est effarante, la situation de vulnérabilité des rescapés est encore plus alarmante. Dans le nord-est du pays, 5,7 millions de personnes, principalement des enfants, ont un besoin urgent de nourriture. Ce nombre va continuer à croître si nous n’agissons pas. À cause du déficit actuel de financement, l’aide humanitaire dont bénéficient aujourd’hui les victimes va bientôt se tarir, mettant en danger la vie de millions de personnes. Nous devons leur venir en aide immédiatement. Cette crise met au jour des vulnérabilités anciennes : la pauvreté et l’exclusion, qui ont un effet aggravant. Avant même qu’elle n’éclate, sept personnes sur 10 étaient déjà en situation d’extrême pauvreté. Comme la majorité des deux millions de personnes déplacées a trouvé refuge dans des communautés d’accueil plutôt que des camps prévus à cet effet, le système existant, déjà fragile, est mis à très rude épreuve. La situation en matière de sécurité ne permet cependant pas à ces personnes de rentrer chez … Voir