Gagner les coeurs et les esprits dans les espaces non-gouvernés

02 nov. 2017 par Fauziya Abdi Ali, spécialiste de programme au Centre de services régional du PNUD pour l’Afrique à Addis-Abeba, en Éthiopie

Traiter les griefs et les frustrations devient un point d'entrée pour gagner les cœurs et les esprits et peut s'avérer un atout puissant dans la lutte contre l'extrémisme violent. Photo: PNUD
La série noire des attentats terroristes commis en Europe de l’Ouest, au Sahel et, plus récemment, à Mogadiscio, en Somalie, a frappé au cœur même de capitales et de centres urbains densément peuplés. … Voir

Promesse ou péril ? D’ici 2050, l’Afrique comptera 830 millions de jeunes

12 août 2017 par Siddharth Chatterjee, coordonnateur résident des Nations Unies au Kenya et S.E. M. John Dramani Mahama, ancien président de la République du Ghana

De nombreux migrants empruntent le dangereux itinéraire maritime qui mène de l’Afrique du Nord à l’Italie, en quête d’une vie meilleure. Photo: ONU
Le mois dernier, des travailleurs d’organisations caritatives espagnoles ont secouru 167 migrants partis d’Afrique à bord d’une petite embarcation. En 2016, environ 3 800 migrants ont perdu la vie, ce qui en fait l’année la plus meurtrière pour ceux qui se hasardent à traverser la Méditerranée. La plupart savent à quels dangers ils s’exposent, mais cela ne les empêche pas de choisir le risque plutôt que de se résigner à une existence sans espoir dans leur pays. Toutes les 24 heures, sur le continent africain, près de 33.000 jeunes rejoignent les rangs des demandeurs d’emploi et près de 60 % d’entre eux viendront grossir la horde des chômeurs. Selon un rapport du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, 70 % des personnes qui quittent leur pays à destination de l’Europe ne sont pas des réfugiés qui fuient la guerre ou les persécutions, mais des migrants économiques en quête d’une vie meilleure. Ce 12 août 2017, nous célébrons comme chaque année la Journée internationale de la jeunesse. La population jeune de l’Afrique croît rapidement et devrait dépasser les 830 millions d’ici 2050. Qu’il y ait là une promesse ou un péril dépend de l’efficacité avec laquelle le continent saura gérer cette explosion démographique. … Voir

Les Gambiens sont prêts à reconstruire leur pays

24 mars 2017 par Ozonnia Ojielo, Directeur du groupe régional Gouvernance et Consolidation de la paix, PNUD Afrique

La Gambie est depuis longtemps marquée par d'importantes inégalités sociales et économiques. Plus de 60% des habitants vivent dans la pauvreté, près de 30% de la population active est au chômage et celui-ci touche particulièrement les jeunes (39%). Selon certaines estimations, les Gambiens constituent le deuxième contingent de migrants le plus important d'Afrique de l'Ouest, en dépit de la petite taille du pays. Pour se constituer en tant que nation, la Gambie doit concevoir, ajuster et mettre minutieusement en œuvre sa politique de transition démocratique. Nous devons travailler en étroite collaboration avec les parties prenantes nationales, ainsi qu’avec les partenaires régionaux et internationaux concernés. De cette manière, nous serons en mesure d’appuyer les efforts gouvernementaux de stabilisation du pays, et entreprendre d’urgence les réformes visant à promouvoir la gouvernance démocratique, le respect de l’état de droit et les droits humains, le relèvement socio-économique ainsi que le développement et la paix durables. … Voir

L’action climatique pour faire face à la radicalisation et à l’extrémisme violent

14 nov. 2016 par Aliou M. Dia, Chef d'Equipe, Changement climatique et réduction des risques de catastrophe, PNUD en Afrique

 Les changements climatiques impactent la stabilité de façon significative, et sollicitent de manière excessive les capacités de réponse déjà limitées des gouvernements fragiles. Photo: PNUD au Liberia
Les changements climatiques et l’extrémisme violent sont deux des principales menaces qui pèseront sur la stabilité des États et des sociétés au cours des prochaines décennies. Dans de nombreux pays du continent (Mali, Sud-Soudan, Nigéria, Somalie, etc.), les changements climatiques impactent la stabilité de façon significative, et sollicitent de manière excessive les capacités de réponse déjà limitées des gouvernements. Les menaces et les attaques de Boko Haram et d’Al Shabab en Afrique de l’Ouest et de l’Est, la fragilité persistante de la République centrafricaine (RCA) ou la résurgence de l’instabilité au Burundi et au Sud-Soudan ne sont que quelques-uns des conflits qui alimentent ce cycle. On estime qu’il y a eu plus de 4 000 attaques terroristes depuis 2011 en Afrique, entraînant la mort de 24 000 personnes. Près de 2,8 millions de personnes sont déplacées dans leur propre pays dans le seul bassin du lac Tchad, et 700 000 Somaliens croupissent dans des camps de réfugiés. … Voir

À Madagascar, l’appui au Parlement assied la transition démocratique

18 juil. 2016 par Alessandro Bozzini, est Conseiller en gouvernance , PNUD à Madagascar

Elections à MadagascarMalgré la tenue d’élections présidentielles et parlementaires à la fin 2013, la mise en place du Sénat ne s’est tenue qu’au mois de février 2016. Photo: PNUD à Madagascar
Appuyer le Parlement ne sert pas seulement à renforcer une institution mais peut contribuer à fixer des objectifs ambitieux qui bénéficient à l’ensemble du pays. C'est pourquoi nous avons mené, en partenariat avec l’Ambassade de France et l’Institut Electoral pour une Démocratie Durable en Afrique, deux ateliers sur le rôle, l'organisation et le fonctionnement du Sénat. Des sessions spécifiques ont été dédiées au rôle des sénateurs et des assistants parlementaires dans la promotion de la décentralisation et des questions liées au genre. Un aide-mémoire et une évaluation des besoins plus spécifiques de l’institution ont également été élaborés. … Voir