La Centrafrique mise sur les élections pour une paix durable

1 janv. 2016

Près de deux million de centrafricains se sont rendus massivement aux urnes ce mercredi 30 décembre 2015, pour élire leur président et leurs représentants à l’Assemblée nationale. Ce scrutin, reporté à plusieurs reprises, devrait permettre au pays de sortir de la crise politique qu’il traverse depuis trois ans.   

Depuis 2012, le conflit en République Centrafricaine a provoqué le déplacement de plus de 500 000 habitants dans le pays. Le même nombre de réfugiés est réparti dans les pays voisins.  

Les élections sont perçues par beaucoup comme une opportunité de retour à la paix et de relance du développement économique et social.  

A Bangui comme à l’intérieur du pays, où la campagne électorale et les élections se sont déroulées dans un climat serein, de longues files d’attente ont été observées avant même l’ouverture des bureaux de vote à 6 heures du matin.

« Malgré mes 80 ans, je suis venue voter  parce que je veux la paix et la sécurité. Il est important que les enfants aillent à l’école et que nous puissions trouver à manger », s’exprime Ameline Sambia, première électrice à voter au bureau de vote 1008 du 1er arrondissement.

Guy Mbitigiza, la trentaine environ, attend depuis 2 heures pour accomplir son devoir civique.  « Aujourd’hui je me suis levé du bon pied, parce que je vais voter », dit-il. Pour Guy, ces élections vont contribuer à sortir la Centrafrique des difficultés. Quant à Abakar Toukoure, il vote pour la démocratie, pour leur liberté et le développement du pays. « Sans démocratie et liberté, rien ne marche » a-t-il souligné.  

L’Autorité Nationale des Elections (ANE) était à pied d’œuvre pour s’assurer que les élections se tiennent dans les conditions requises par le pays et répondent aux normes internationales.

« En dépit de quelques difficultés relevées ici et là, le scrutin s’est globalement déroulé de manière satisfaisante. L’on a noté un engouement sans précédent des électeurs qui se sont déplacés en masse et ont exercé leur droit dans le calme et la sérénité » a déclaré le Rapporteur Général de l’ANE, Julius Rufin Ngouadé-Baba.  Il a ajouté que l’ANE espère que ce climat se poursuivra jusqu’à la proclamation des résultats.

Une assistance électorale regroupant la Mission intégrée multidimensionnelle de stabilisation des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA) et le Projet d’Appui au Cycle Electoral 2014-2016 en Centrafrique mis en place par le PNUD, accompagne l’ANE. Cette action conjointe  a permis l’inscription de 1 954 433 personnes dont 945 128 femmes et 1 009 305 hommes,  l’acquisition de 4 000 000 de formulaires d’enregistrement des électeurs, la production de 6 800 000 bulletins de vote pour le référendum, la présidentielle et les législatives. 

Le PNUD a aussi procédé à l’acquisition du matériel de vote dont 15 000 kits électoraux, 12 000 urnes de 60 litres, 12 000 isoloirs, 15 000 boites d’encre indélébile. Pour l’organisation de ces scrutins 18 000 agents ont été formés et déployés dans près de 5 600 bureaux de vote sur l’ensemble du territoire.

En  coopération avec la MINUSCA, le PNUD a notamment aidé l’ANE à mettre en place et rendre opérationnel le Centre de Traitement des Données (CTD) qui a produit le fichier électoral et imprimé les listes électorales, une première dans l'histoire électorale de la RCA. Ce centre a permis d’employer 250 jeunes centrafricains qui ont été formés à l’utilisation des nouvelles technologies et d’informations dans le domaine électoral.

« Les Nations Unies ont appuyé ce processus électoral dans tous les domaines et notre appui ira au-delà des élections dans le cadre du programme de consolidation de la paix »  a indiqué le Représentant Résident du PNUD et également  Représentant Spécial Adjoint du Secrétaire général en charge des élections, Aurélien A. Agbénonci.

Pour promouvoir la participation des femmes aux élections, ONU Femmes, le PNUD et la MINUSCA ont formés 127 femmes candidates sur la campagne électorale. Plus 100 personnes, dont 15 femmes, ont participé à la discussion et l’adoption d’un code de bonne conduite pour les partis politiques et les candidats pour les élections de sortie de crise en RCA.

Par ailleurs, 60 personnes ont participé à la table ronde sur la participation des femmes au processus électoral en tant que membres des centres et bureaux de vote. Plus de 100 personnes ont été formées sur la problématique Genre et participation politique. L’éducation civique et électorale  étant un élément crucial pour la réussite des scrutins et à l’apaisement des esprits, des spots radio et télé ont été produits et diffusés ainsi que des affiches encourageant les femmes à aller voter.

Le PNUD a pu aider l’ANE à organiser ces élections grâce aux 31 288 982 USD mobilisés sur un budget prévisionnel de 36 602 008 à travers le basket fund. L’Union européenne, de l’Union africaine, la France, l’Italie, le Japon, le Royaume du Maroc, le grand-duché du Luxembourg, la République du Congo et le PNUD ainsi que l’ONU Femmes et du Fond de consolidation de la Paix des Nations Unies  sont les contributeurs dudit basket. La MINUSCA a fortement soutenu les opérations par ses ressources propres. Au plan régional, le Cameroun, le Gabon, la Guinée Equatoriale et l’Angola ont annoncé leurs intentions de contribuer au financement des élections en Centrafrique.

Le deuxième tour de l’élection du Chef de l’Etat se déroulera le 31 janvier 2016.