Un plan Marshall Plan pour éradiquer la pauvreté et l'exclusion à l'Île Maurice

12 juil. 2017

L'Île Maurice s'attaque aux causes profondes de la pauvreté et de l'exclusion en travaillant avec les communautés défavorisées pour un meilleur accès aux services de base tels que la santé et l'éducation, les mesures de protection sociale et les initiatives d'autonomisation pour les femmes et les jeunes.

Les Mauriciens vivant dans une pauvreté absolue - définie à l'échelle nationale à raison de 4,30 dollars par personne et par jour - recevront désormais des transferts en espèces et seront accompagnés par des travailleurs sociaux pour faire face à des défis tels que l'éducation des enfants, les soins aux personnes handicapées, la formation professionnelle, la recherche d'emploi ou la mise en place et le développement d'une petite entreprise, entre autres.

Cette approche innovante de la protection sociale en Afrique est le résultat d'un projet de loi sur l'intégration sociale et l'autonomisation, promulgué dans le cadre du Plan Marshall contre la pauvreté, un plan de réforme ambitieux conçu spécifiquement pour lutter contre l'incidence persistante de la pauvreté et l'exclusion sociale dans un pays à revenu élevé.

Bien que le plan indique 33 600 ménages ou 122 700 personnes comme nombre officiel de personnes pauvres dans le pays, le gouvernement se concentre initialement sur les plus pauvres, soit environ 10 000 ménages ou 37 000 personnes.

Environ 63 millions de dollars américains, soit 2,2 milliards de roupies, ont été engagés pour les trois prochaines années, pour mettre en œuvre les 39 propositions concrètes et chiffrées du plan.

Parmi les propositions adoptées, la prime d'achèvement de l'école encourage les jeunes issus de milieux défavorisés à terminer leurs études secondaires en leur offrant un prix en espèces une fois qu'ils atteignent l'âge de 18 ans. Plus de 200 étudiants ont déjà été sélectionnés, y compris en provenance de l'île Rodrigues, où les taux de décrochage et de pauvreté ont tendance à être les plus élevés.

«  En mettant l'accent sur l'inclusion sociale des populations traditionnellement défavorisées, le Plan Marshall adhère au principe de ne laisser personne de côté et contribue à la réalisation de l'Agenda 2030 et de l'Agenda 2063 de l'Union africaine en cours dans le pays », a déclaré Simon Springett, Représentant Résidant du PNUD à l'Île Maurice.

Le Plan reconnaît les multiples aspects de la pauvreté et de l'inégalité et la manière dont ils peuvent interagir, sur la stabilité des revenus, l'accès à des services de qualité, les opportunités de travail et la participation communautaire, pour n'en citer que quelques-uns.

Il propose une approche communautaire de la prestation des services, en partant du principe que la prise en compte des problèmes sociaux et économiques auxquels sont confrontés les groupes vulnérables entraînera leur autonomisation et leur intégration sociales, politiques et économiques.

Une équipe interdisciplinaire du PNUD a appuyé le gouvernement mauricien dasn l'élaboration du Plan avec une analyse approfondie des causes de la pauvreté dans le pays et des recommandations.