Sommet humanitaire mondial : un travail essentiel en perspective

24 mai 2016

Istanbul – Le Sommet humanitaire mondial aura offert aux intervenants de l’action humanitaire, du développement et de la consolidation de la paix une plateforme de premier plan pour améliorer la gestion des crises humanitaires survenant de plus en plus fréquemment de par le monde, mais il reste encore beaucoup à faire, a noté le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Lors du Sommet qui s’achève aujourd’hui à Istanbul, le PNUD s’est engagé à adopter des approches plus intégrées de l’analyse, de la planification et de la programmation des actions mises en œuvre dans le domaine de l’aide humanitaire, du développement et de la consolidation de la paix; à plaider en faveur d’un financement pluriannuel et souple des interventions humanitaires et de développement durant les crises; à réaffirmer l’importance essentielle de la prévention et de la préparation; et à investir dans les capacités et les systèmes locaux et nationaux.

« Les objectifs de développement durable nous enjoignent de « ne laisser personne de côté » dans nos efforts pour relever les plus grands défis auxquels le monde est confronté d’ici 2030. Pour tenir nos promesses, nous devons œuvrer de manière plus efficace dans les domaines de l’action humanitaire, du développement et de la consolidation de la paix », a déclaré l’Administrateur du PNUD, Helen Clark.

« Le Sommet humanitaire mondial représente une étape cruciale de la promotion d’approches plus durables de la gestion des crises et des catastrophes reposant dans la mesure du possible sur la prévention et sur le renforcement de la résilience des populations et des communautés, a ajouté Mme Clark. Il reste beaucoup à faire, mais nous sommes déterminés, au PNUD, à poursuivre nos travaux dans ces domaines. »

« Nous n’avons pas le choix, a précisé Mme Clark, et nous ne saurions nous en tenir au status quo. Nous devons en faire bien davantage pour réduire le besoin de secours humanitaires, et nous sommes tous, nous les acteurs du développement, déterminés à agir dans ce sens. »

Le PNUD s’est également joint au nouveau Partenariat mondial pour la préparation aux catastrophes (GPP), qui renforcera les capacités de préparation dans 20 pays initialement, pour les aider à atteindre d’ici 2020 un niveau minimum de préparation aux catastrophes résultant principalement des changements climatiques.

Un vaste réseau mondial a également été lancé lors du Sommet pour faciliter l’implication des entreprises du secteur privé dans les situations de crise au moyen d’un pré-positionnement de fournitures, d’interventions de réponse aux besoins d’aide humanitaire et d’apport de ressources, de connaissances et de savoirs spécialisés en matière de prévention des catastrophes. Le PNUD est l’un des organismes chefs de file de ce réseau.

D’autres événements clés prévus au cours de l’année et entretiendont l’élan acquis , dont un sommet sur les réfugiés, qui sera organisé au siège des Nations Unies à New York sous l’égide du président Barack Obama, et une séance plénière de haut niveau de l’Assemblée générale de l’Organisation qui portera sur la gestion des vastes mouvements de réfugiés et de migrants.

Contact

Nicolas Douillet, nicolas.douillet@undp.org +90 535 922 4991