UNDP-Mauritius-Solar-Nocarbone-2017
Le projet soutiendra les objectifs nationaux visant à augmenterl'énergie renouvelable à 35% du mix énergétique d'ici 2025 et à réduire la production de dioxyde de carbone de 4,3 millions de tonnes. Photo: PNUD Maurice

Port Louis, Île Maurice - La République de Maurice a lancé cette semaine un projet de 191 millions de dollars US sur huit ans qui diminuera les importations de combustibles fossiles et accélèrera le passage à une économie sobre en carbone au cours des 20 prochaines années.

Le projet soutiendra les objectifs nationaux visant à augmenter la part de l'énergie renouvelable à 35% du mix énergétique et à réduire la production de dioxyde de carbone de 4,3 millions de tonnes d'ici à 2025. Il s'agit d'une étape clé dans la réalisation des contributions prévues par l’Île Maurice à l'Accord de Paris et dans la poursuite de la croissance économique.

Actuellement, environ 80% de l'approvisionnement énergétique de l’île provient des combustibles fossiles. L’Île Maurice compte parmi les états africains les plus développés économiquement et se trouve être, comme beaucoup d'autres petits États insulaires en développement, encore vulnérable aux chocs énergétiques extérieurs.

Les émissions de gaz à effet de serre ont augmenté de 3% par an, alors que la nation insulaire continue de développer son économie grâce au tourisme, aux transports et aux technologies de l'information et de la communication. Le charbon et le mazout dominent actuellement le mix énergétique de l'île.

Cela fait partie d'une vaste stratégie nationale visant à réduire la dépendance du pays aux combustibles fossiles - à renforcer la sécurité énergétique et l'atténuation du changement climatique - et à soutenir une économie forte et un développement économique continu.

Le projet est soutenu par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). Le financement principal provient d'une subvention de 28,2 millions de dollars américains du Green Climate Fund, d'un prêt initial de 18,7 millions de dollars de l'Agence française de développement (AFD) au Central Electricity Board, de 123,9 millions million de contributions du PNUD.

La première phase du projet renforcera la capacité du réseau énergétique à utiliser l'électricité produite par des énergies renouvelables intermittentes et soutiendra le renforcement institutionnel à travers l'opérationnalisation de l'Agence des énergies renouvelables de Maurice (MARENA).

La deuxième phase s'appuiera sur les enseignements tirés au cours de la première phase pour accélérer le déploiement de l'énergie solaire dans l'île principale de Maurice, Agalega.

"Il s'agit d'une étape importante dans la réalisation des objectifs définis par l'Accord de Paris et le soutien à un développement sobre en carbone et résilient au changement climatique à l’Île Maurice", a déclaré Mme Aida Cisse Diagne, responsable du PNUD. "Ce travail de pionnier mené par le gouvernement de l’Île Maurice permettra d'informer les futures actions climatiques dans les petits États insulaires en développement du monde entier."

En savoir plus sur le projet «Accélérer le changement transformationnel vers une économie sobre en carbone» dans le projet de la République de Maurice (en Anglais)

Informations de contact

Greg Benchwick, Spécialiste des communications du PNUD (Gregory.benchwick@undp.org)

PNUD Dans le monde