Sommet YouthConnekt Afrique 2017 — Remarques préliminaires de Abdoulaye Mar Dieye Directeur du Bureau régional pour l'Afrique

22 juil. 2017

Sommet YouthConnekt Afrique 2017

Créer des opportunités pour les jeunes, nos leaders de demain

Monsieur le Président de la République du Rwanda Paul Kagame,


Honorables ministres du Gouvernement du Rwanda et des gouvernements des pays africains représentés,


Monsieur le Secrétaire général de la CNUCED Mukhisa Kituyi, 


Monsieur Jack Ma, 


Excellences,


Chers délégués de la jeunesse et ambassadeurs du futur !


Mesdames et messieurs,

J’espère parler en notre nom à tous en affirmant à quel point nous sommes reconnaissants envers le Gouvernement et le peuple du Rwanda d’avoir accueilli le Sommet YouthConnekt Afrique et de nous avoir réservé une aussi généreuse hospitalité depuis notre arrivée dans cette cité magique de Kigali, une ville magnifique à tous égards, propre et verte !
 
Monsieur le Président,
Ce que j’ai déclaré hier dans mon discours d’ouverture du Sommet, je le réitère aujourd’hui encore parce que je crois que cela vaut la peine d’être répété : quiconque souhaite voir « l’Afrique en marche » doit venir au Rwanda.
Monsieur le Président, nous souhaitons vous exprimer toute notre reconnaissance et notre gratitude. C’est grâce à votre leadership visionnaire que l’initiative YouthConnekt a vu le jour et c’est votre leadership résolu qui est à l’origine du formidable élan auquel nous assistons actuellement. 

Mesdames et messieurs,

Cette conférence qui nous réunit aujourd’hui a soulevé une série de questions si fondamentales qu’elles exigent de nous une réponse immédiate, ici même, avant de quitter les lieux. Comment pouvons-nous créer en Afrique, d’ici 2020, quelque 50 millions d’emplois susceptibles d’absorber la main-d’œuvre croissante ? Comment pouvons-nous offrir à notre jeunesse l’espace et l’opportunité nécessaires pour libérer le potentiel de créativité de plus de 220 millions de jeunes à travers le continent ? Comment transformer nos économies, améliorer considérablement l’emploi des jeunes et mettre notre continent sur une voie solide pour atteindre les Objectifs de développement durable (ODD) convenus au niveau international et réaliser « l’Afrique que nous voulons » ? 
 
YouthConnekt Rwanda représente à cet égard un puissant moteur qui pourrait nous inspirer alors que nous tentons d’apporter des réponses à ces questions.
 
Nous avons préconisé l’élargissement de cette initiative à l’échelle régionale afin qu’elle couvre l’ensemble du continent et avons recommandé d’établir, à cet effet, un Centre régional ici-même à Kigali. Par conséquent, je voudrais renouveler l’engagement du PNUD et des institutions sœurs des Nations Unies de continuer de nouer des partenariats avec le Rwanda en vue d’intensifier notre soutien à YouthConnekt Rwanda et d’appuyer son déploiement dans d’autres pays africains. Nous nous engageons à fournir un soutien technique et financier aux fins de la création du Centre régional ici à Kigali et de la mise en place du Fonds d’innovation et de dotation YouthConnekt. En outre, nous travaillerons en partenariat avec le Gouvernement du Rwanda et la BAD pour organiser conjointement le prochain Sommet YouthConnekt Afrique. 

Lors de nos délibérations à Kigali, nous nous sommes fondés sur notre détermination collective à faire fi de la rhétorique afin de répondre à l’appel à l’action lancé par nos jeunes, qui réclament que nous leur octroyons l’espace et la confiance nécessaires afin qu’ils puissent développer pleinement leur potentiel de créativité et devenir résolument des leaders engagés et des agents du changement. C’est la voie à suivre pour répondre au problème lancinant du chômage des jeunes, transformer les conditions actuelles et bâtir un avenir plus prometteur pour le continent.

Il était clair pour moi que les délibérations du KCC avaient donné naissance à une nouvelle doctrine que nous pourrions à partir de maintenant appeler la Doctrine de Kigali. Celle-ci nous oblige à aborder la question du chômage des jeunes avec un sentiment d’urgence qui appelle à une rapidité d’action assortie d’un impératif de faire œuvre utile et d’une obligation de résultats. Cela explique la profusion des engagements concrets qui ont été abordés durant nos discussions.
 
Il ne fait pour nous aucun doute, surtout à la lumière des résultats phénoménaux de YouthConnekt Rwanda, que l’investissement en faveur de la jeunesse est une décision économique intelligente, qui porte en elle la promesse de retombées importantes sur le plan de la paix sociale. Il s’agit d’un investissement « explosif » pour conquérir l’avenir, étant entendu que l’avenir c’est maintenant !
 

Il ne fait pour nous aucun doute qu’à partir de maintenant, nous aborderons la question du chômage des jeunes dans la perspective de la Doctrine de Kigali et nous nous affranchirons du syndrome de faible densité dans lequel nos politiques et programmes destinés à la jeunesse étaient jusqu’à présent englués. 
 
Il ne fait pour nous aucun doute que si nous offrons à nos jeunes les installations et l’espace qu’ils appellent de leurs vœux, y compris l’accès à l’information, au capital, aux financements et aux marchés, et le renforcement des compétences, ceux-ci seront en mesure d’agir comme de véritables éléments transformateurs au sein de nos économies et nos sociétés. 

Permettez-moi de conclure mon propos en affirmant que nous nous sommes tous engagés les uns envers les autres, en signant ici même au KCC un Imihigo, c’est-à-dire un contrat de performance visant à déployer ce mouvement au niveau continental. Monsieur le Président, nous sommes convaincus que votre appui nous aidera, concrètement parlant, à tenir nos engagements souscrits à Kigali. Nous sommes convaincus qu’un tel mouvement conduira à un exode massif de nos jeunes, qui n’iront toutefois pas s’échouer sur les rives de la Méditerranée, mais partiront à la conquête du véritable Eldorado, ici même, sur le sol africain. Notre appui collectif peut les aider à donner libre cours à leur esprit d’entreprise afin que nous puissions récolter tous ensemble les fruits de cette terre d’avenir qu’est l’Afrique. Nos jeunes méritent bien plus de nous tous. Mettons-nous au travail. 
 
Je vous remercie, Asante sana, TURI-KUMWE (on est ensemble) !