La santé et le bien-être de millions d'Africains étant en jeu, les mesures de gouvernance prises pour faire face à la COVID-19 doivent être appropriées, efficaces et durables. Photo : PNUD Malawi

 

Alors que les cas de COVID-19 continuent d'augmenter en Afrique, les pays font face simultanément aux impacts sanitaires et socio-économiques de la pandémie, et à la question de savoir comment et quand assouplir les mesures de confinement et les couvre-feux imposés pour arrêter la propagation de la maladie et s'engager sur la voie du rétablissement.  

Toutefois, certaines mesures gouvernementales prises pour restreindre les déplacements des personnes pendant cette crise, notamment les mesures d'application des lois et politiques d'urgence, pourraient avoir des répercussions à long terme et risquent de nuire à la cohésion sociale ̶ la confiance entre les gouvernements et leurs citoyens et la solidarité entre les citoyens eux-mêmes.  

La santé et le bien-être de millions d'Africains étant en jeu, les mesures de gouvernance prises pour faire face à la COVID-19 doivent être appropriées, efficaces et durables.  Dans certains cas, les réponses apportées jusqu'à présent à la pandémie ont entraîné une augmentation des tensions et des violations des droits de l'homme. 

Les enseignements tirés de cette pandémie devraient permettre de déterminer comment les gouvernements, les citoyens et les autres partenaires peuvent collaborer pour renforcer la gouvernance et la cohésion sociale pendant la riposte, et même au-delà. 

Mais la question est de savoir quelles sont les mesures optimales et l'environnement favorable nécessaires pour que les mesures de réponse réussissent tout en protégeant les libertés et en minimisant la perturbation des moyens de subsistance. 

« La cohésion sociale se construit au fil des ans et est le résultat de politiques qui permettent à chacun dans la société de partager sa prospérité durable », Ahunna Eziakonwa, Directrice - PNUD Afrique

 

Le contexte de la gouvernance en Afrique est complexe. Bien qu'il y ait eu des progrès significatifs en matière de démocratie, la majorité des pays se trouvent dans la moitié inférieure de l'indice de liberté humaine 2019 produit par le Cato Institute, basé aux États-Unis. 

Une autre étude, l'Indice des États fragiles du Fonds pour la paix basé à Washington, révèle que dans certains de ces pays, la fragilité politique et la faible confiance dans les institutions gouvernementales restent un défi. 

Avec la propagation de la COVID-19 en Afrique, on craint également que les élections prévues cette année dans au moins 22 pays, en pleine pandémie, n'accroissent les tensions et les craintes de répression. 

C'est dans ce contexte que les gouvernements devraient se prémunir contre les mesures qui attisent la méfiance entre eux et leurs citoyens et qui pourraient conduire à saper les processus démocratiques ou à intensifier la fragilité. 

Les lois d'urgence limitent les droits et perturbent les services, les chaînes d'approvisionnement et les moyens de subsistance.  Au début de la pandémie en Afrique, au moins 17 pays ont déclaré l'état d'urgence, 9 ont déclaré l'état d'urgence en matière de santé publique et 3 ont déclaré l'état de catastrophe nationale. 

Ces mesures sont importantes pour la sauvegarde de la santé et du bien-être publics, mais leur impact varie en fonction de la manière dont elles sont communiquées et comprises, du fonctionnement des mécanismes de surveillance et de la confiance entre le gouvernement et les citoyens.

L'état d'urgence permet aux gouvernements de prendre des mesures ou d'imposer des politiques qu'ils n'auraient normalement pas le droit de prendre. Il s'agit notamment de prendre des règlements sans loi du Parlement ou de prendre des mesures sans se conformer aux obligations légales. 

Ces pouvoirs d'urgence, bien que de nature temporaire, peuvent être utilisés pour introduire des mesures qui peuvent affecter les droits fondamentaux tels que la liberté d'expression, la liberté de mouvement ou de réunion, la liberté des médias ou la liberté de travailler, entre autres.

D'autre part, un état d'urgence peut aider le gouvernement à prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé publique. Ces mesures comprennent la fermeture d'écoles, la restriction des déplacements, l'isolement des personnes exposées au virus et la poursuite en justice de ceux qui ne respectent pas les ordres de quarantaine. 

Dans le cas d'un état de catastrophe nationale, les limitations des droits ne doivent pas aller au-delà de ce qui est nécessaire et doivent être en accord avec les valeurs constitutionnelles de la société.

L'application de ces mesures pour faire face à la pandémie n'a pas été sans difficultés. Tout d'abord, ces déclarations exécutives ont été faites dans la précipitation et avec peu de consultation et de contrôle. Deuxièmement, les citoyens ont été pris au dépourvu et n'ont pas été pleinement informés de l'étendue des limitations de leurs droits. 

Les médias ont fait état d'altercations entre des civils et des policiers ou des militaires appliquant les mesures COVID-19 dans certains pays. Dans d'autres, les citoyens expriment de plus en plus leur mécontentement face au manque de nourriture, de services, d'eau et d'assainissement, et s'inquiètent des abus de pouvoir des forces de sécurité.  Cela peut mettre en péril l'efficacité des mesures d'intervention et de rétablissement de la COVID-19 à long terme.

Alors que les pays s'apprêtent à assouplir les mesures de verrouillage et à ouvrir leurs économies, il est toujours nécessaire de mettre en place un mécanisme supplémentaire pour aider à identifier, isoler et suivre les cas de COVID-19. Toutefois, cela soulève de nouvelles préoccupations concernant l'utilisation de la technologie de surveillance pour suivre la propagation du virus, la violation de la protection des données et le droit à la vie privée et à la non-discrimination. 

Les enseignements tirés de ces premières expériences peuvent aider les gouvernements à définir des mécanismes appropriés pour garantir que les nouvelles mesures de lutte contre la COVID-19 ne menacent pas le tissu social.

Une réponse efficace et durable doit s'appuyer sur des institutions capables de fournir des services essentiels, sur l'appropriation et l'engagement de la communauté, sur des mécanismes de contrôle de surveillance fondés sur les droits et sur un partenariat concret avec d'autres parties prenantes, y compris le secteur privé.  

Des institutions compétentes aux niveaux local et national garantissent la fourniture efficace de services essentiels, notamment la santé, l'eau et l'assainissement, qui sont au cœur de la réponse à la COVID-19.  Par exemple, l'Afrique du Sud et le Zimbabwe fournissent désormais de l'eau à de nombreuses zones et communautés non desservies.  

L'engagement des communautés et des jeunes crée également une différence dans l'adoption des dispositions de santé publique et dans l'atteinte des personnes les plus touchées par les blocages économiques et sociaux.  Plusieurs pays tels que le Kenya, le Malawi, le Nigeria, le Rwanda, l'Afrique du Sud et l'Ouganda ont pris des dispositions pour fournir de l'argent et de la nourriture aux populations vulnérables.  Les communautés sont les mieux placées pour identifier les personnes qui en ont le plus besoin, améliorant ainsi la probabilité de les atteindre. 

Elles sont également en mesure de diffuser des informations précises.  Au Sud-Soudan, une communauté numérique de jeunes -#DefyHateNow- a contribué à lutter contre la désinformation et à sensibiliser la population. Au Bénin, un jeune médecin a lancé un programme d'éducation aux médias en Afrique francophone appelé Arya, sur Twitter. Leur hashtag #AgirContreCOVID19 a touché plus de 90 000 personnes. Ils développent actuellement une application qui peut diffuser des informations sur la COVID-19 dans les langues locales. La fourniture d'informations en tant que "droit" des citoyens et en tant que mécanisme permettant d'établir la confiance, de promouvoir l'adhésion aux mesures et de renforcer la cohésion sociale est devenue plus importante que jamais. 

Les mécanismes de contrôle et de surveillance contribuent à améliorer la transparence et la responsabilité.  Les exemples de l'assemblée nationale en Gambie et de la haute cour au Malawi qui ont contesté les propositions visant à étendre l'état d'urgence dans leur pays illustrent l'importance de mécanismes de contrôle efficaces.  

Enfin, pour de nombreux pays à court d'argent, la réponse du gouvernement à la COVID-19 bénéficiera d'une collaboration étroite avec le secteur privé, qui est un centre d'innovation en Afrique. Du Cameroun à l'Éthiopie, en passant par le Ghana, le Kenya et le Maroc, entre autres, les entreprises se transforment pour produire les fournitures et équipements médicaux nécessaires et améliorer l'accès aux services grâce à des plateformes numériques et mobiles.

Alors que les gouvernements s'orientent vers ces options politiques, il est clair que les réponses les plus efficaces et les plus durables à la COVID-19 en Afrique placent les personnes au centre pour préserver et renforcer la cohésion sociale. 

 

Remarque: cet éditorial a été initialement publié sur Africa Renewal (en anglais)

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Afrique 
Aller à PNUD Global