Les kits de dépistage et les matériels médicaux utilisés pour le Coronavirus sont stérilisés de manière sûre dans les centres de traitements de déchets des CHU Joseph Ravoahangy Ampefiloha et CHU Joseph Raseta Befelatanana de la capitale, Antananarivo. Photo: CHU Joseph Raseta Befelatanana, Madagascar


Depuis l’annonce des premiers cas de COVID-19 à Madagascar en mars dernier, les deux principaux hôpitaux d'Antananarivo, la capitale du pays, stérilisent chaque jour les matériels de dépistage et de traitement du Coronavirus sans recourir à l’incinération, peu sure et polluante. Gants, blouses, lunettes, masques et autre matériel de protection sont stérilisés
dans les centres de traitement de déchets médicaux du CHU JRA et CHU JRB par autoclavage.

L’autoclave du CHU JRA est le plus grand équipement de traitement de déchets sans incinération à Madagascar, et est capable de traiter jusqu’à 1300 litres de déchets par cycle. Délivré au travers du projet de réduction des émissions non intentionnelles de polluants organiques persistants et du mercure dans le secteur de la santé à Madagascar par le PNUD et le Fonds pour l'Environnement Mondial, l’autoclave est opérationnel depuis août 2018. Si en temps normal le centre de traitement de déchets ne fonctionne que tous les trois jours, il est désormais actif quotidiennement et arrive à réaliser quatre cycles d’autoclavage, traitant jusqu’à 210 kilogrammes de déchets infectieux du COVID-19, soit 35% de la totalité des déchets.

Pour éviter tout risque de contamination et renforcer la protection du personnel soignant dans ces hôpitaux, le PNUD a aussi distribué des équipements de protection individuelle, des poubelles à pédales et des broyeurs de déchets.

L’autoclave du CHU JRA est le plus grand équipement de traitement de déchets sans incinération à Madagascar, capable de traiter jusqu’à 1300 litres de déchets par cycle. Photo: CHU Joseph Raseta Befelatanana, Madagascar


« Nous avons renforcé l’équipe en recrutant de nouveaux agents. Depuis la collecte ou la réception des déchets jusqu’à leur sortie après traitement, nous assurons que toutes les étapes soient respectées selon les normes de d’hygiène et environnementales. Nous recevons les déchets provenant des prélèvements, réalisés à domicile et dans les hôtels, que l’équipe opérationnelle du « Stop COVID-19 » effectue sur les personnes arrivants de l’étranger depuis début mars, » explique Fanja Rasendranomenerilala, point focal du projet au CHU JRA.

Pour éviter tout risque de contamination et renforcer la protection du personnel soignant dans ces hôpitaux, le PNUD a aussi distribué des équipements de protection individuelle, des poubelles à pédales et des broyeurs de déchets. Photo: PNUD Madagascar


Comme le CHU JRB réalise également des test de dépistage du COVID-19, l’établissement œuvre aussi dans la désinfection des déchets ménagers, notamment infectieux. Le centre de traitement situé à Befelatanana reçoit les déchets des six secteurs de services et du service pédiatrique de l’établissement.

L’équipe a recruté trois nouveaux agents pour désinfecter puis laver les déchets ménagers tels que les parures de lits et les couverts. « Nous sensibilisons les patients et leurs familles à utiliser des couverts ou mouchoirs à usage unique pour faciliter le processus de désinfection. Quant aux personnels de santé, nous les sensibilisons à jeter les déchets dans les poubelles appropriées. La poubelle jaune, par exemple, est consacrée aux déchets infectieux du Covid-19. Elle ne devrait pas y contenir d'autres matériaux, » explique Noeline Ravololoniaina, point focal du projet au CHU JRB.

La désinfection des déchets du covid-19 se fait de manière sécurisée : « Nous n’avons pas peur d’être contaminés grâce aux équipements que nous portons individuellement, c’est-à-dire les gants, les lunettes, les masques, les bottes et bien sûr la combinaison ultra-protectrice ».

Icon of SDG 03

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Afrique 
Aller à PNUD Global