UNDP Cote d'Ivoire

 

27 avril 2021, Abidjan : La Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), a clôturé un programme de renforcement des capacités en trois parties pour les entreprises et les associations commerciales dirigées et détenues par des femmes sur les avantages qu'offre de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf). Ce troisième et dernier atelier, qui s’est tenue du 20 au 22 avril 2021 à Abidjan, en Côte d'Ivoire, s'adressait aux commerçants, producteurs et responsables du commerce des États membres francophones et lusophones de la région de la CEDEAO.

La série d'ateliers, intitulée « Outiller les commerçants et producteurs pour leur permettre de maximiser sur les opportunités offertes par la ZLECAf », a débuté par une formation des formateurs à Freetown, en Sierra Leone, suivie d'un atelier à Accra, au Ghana, pour les commerçants et les fonctionnaires des États membres anglophones de la CEDEAO. En tout, ce sont plus de 100 participants venants des 15 Etats membres de la CEDEAO qui ont pris part aux trois ateliers, y compris des commerçants et des producteurs dans l'agriculture/agro-transformation, le textile/mode, et d'autres chaînes de valeur, ainsi que des représentants des agences de promotion du commerce et des douanes.

Au cours de ces trois jours à Abidjan, les participants ont pris connaissance des dispositions et des implications de la ZLECAf, un marché africain d’échanges de biens et services, qui rassemble 1,3 milliard de personnes, représentant un PIB global estimé à 3 milliards de dollars américain et s'appuiera sur les progrès déjà réalisés en terme d'intégration au sein des communautés économiques régionales, telles que la CEDEAO. En outre, les outils opérationnels de la ZLECAf, notamment L'Observatoire du commerce africain, le Mécanisme de notification des barrières non tarifaires et le Système panafricain de paiement et de règlement, ont été présentés.

L'un des principaux résultats du programme de renforcement des capacités était d'améliorer la capacité des femmes exportatrices à tirer parti des nouvelles opportunités offertes par la ZLECAf, tant au niveau national que régional. L'apprentissage par les pairs, l'apprentissage en ligne et les dialogues interrégionaux d’avec les représentants d'associations commerciales et d'entreprises, les gouvernements de l’Afrique de l'Est, de l’Afrique australe et Central ont été intégrés au programme afin de favoriser des liens tangibles pour le commerce. En conséquence, certains commerçants explorent déjà des opportunités commerciales dans d'autres régions.

Les discussions approfondies entre les participants ont également porté sur les difficultés rencontrées par les entrepreneurs dans l’exportation de leurs produits vers d'autres pays. L'accès limité au financement, les mauvaises infrastructures et les frais excessifs ont été cités comme des obstacles majeurs à la croissance et au bon fonctionnement de leurs entreprises. Les participants ont identifié des actions à court terme pratiques et concrètes qui permettront aux gouvernements, les entreprises et les associations commerciales de tirer profit des opportunités de marché dans le cadre de la ZLECAf.

Les intervenants de haut niveau présents lors de la cérémonie d'ouverture ont été unanimes sur la pertinence du programme de renforcement des capacités, qui est essentiel pour répondre à une économie mondiale de plus en plus ouverte, dynamique et complexe.

M. Kaladji FADIGA, Directeur du Commerce Extérieur, représentant le Ministre du Commerce et de l'Industrie de la Côte d'Ivoire, a remercié la CEDEAO et le PNUD pour cette initiative et a assuré que la Côte d'Ivoire, qui a déjà ratifié l'accord de libre-échange interafricain, fait tout son possible pour promouvoir cet important instrument à travers la sensibilisation et la formation des différents acteurs, notamment le secteur privé.

Dans ses remarques, M. Teï KONZI, Commissaire du Commerce, des Douanes et de la Libre Circulation de la CEDEAO, a dit : « Les petites et moyennes entreprises, en particulier celles dirigées par des femmes, représentent une proportion importante de la main-d'œuvre et jouent un rôle essentiel dans le commerce. La Commission de la CEDEAO a entrepris de nombreux efforts pour améliorer l'environnement général des femmes, notamment par la création du Centre de la CEDEAO pour le Développement du Genre (CCDG) en 2003, la Politique du Genre de la CEDEAO, le Plan d'action de la CEDEAO sur le genre et le commerce, et l'Acte additionnel sur l'égalité des droits entre les femmes et les hommes - tous des instruments développés et mis en œuvre au sein de la Communauté ».

M. Ousséine DIALLO, secrétaire exécutif de la Fédération des organisations patronales Ouest Africains (FOPAO), a noté l'importance de l'atelier pour les femmes entrepreneurs qui, « dans la région de l'Afrique de l'Ouest, gèrent la majorité des PME et travaillent dans le secteur du commerce de proximité. »

Pour la Représentante Résidente du PNUD, Mme Carol FLORE-SMERECZNIAK, « La ZLECAf offre des opportunités pour transformer radicalement la trajectoire de développement de l’Afrique et relever les défis auxquels les femmes sont confrontées. C’est pourquoi l’objectif du PNUD sur la ZLECAf vise à faire en sorte qu’elle soit utile pour les femmes et les jeunes, deux groupes qui ont un potentiel important pour conduire la transformation des économies africaines ».

La ZLECAf est une initiative qui vise à libéraliser le commerce des biens et des services, à supprimer les barrières non tarifaires, à faciliter l'investissement, à renforcer la compétitivité, a mieux protéger les droits de propriété intellectuelle et renforcer le commerce électronique entre les États membres de l'Union Africaine. Sa mise en œuvre exige que les gouvernements et les chefs d'entreprises soient en mesure de répondent aux exigences commerciales afin de préparer et de positionner leurs pays de manière adéquate pour profiter de la ZLECAf.

Les trois ateliers ont été organisés en partenariat avec l'Union africaine, l'Union européenne, la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique, le Centre du commerce international, la Banque africaine d'import-export (Afreximbank) et la Coopération allemande (GIZ).

***

À propos de la CEDEAO

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a été fondée le 28 mai 1975 par le Traité de Lagos. La CEDEAO est un groupe régional de 15 membres dont le mandat est de promouvoir l’intégration économique dans tous les domaines d’activité de ses États membres. Considérée comme l’un des piliers de la Communauté économique africaine, la CEDEAO a été mise en place pour favoriser l’intégration économique en créant une région sans frontières où la population a accès à ses ressources abondantes dans le cadre d’un environnement durable et pour promouvoir la bonne gouvernance et la démocratie. Pour en savoir plus, consulter le site Web, à l’adresse : www.ecowas.int.

À propos du PNUD

Le PNUD appuie la mise en œuvre de la ZLECAf au niveau national, régional et continental. Cela implique une aide directe aux pays concernés, le renforcement des capacités des petites et moyennes entreprises, la promotion des liens entre les PME des différentes régions, la recherche, et le soutien au développement de technologies facilitant le commerce par le biais de la mise en place de laboratoires d’accélération. En 2020, le PNUD a publié Les Futurs de la ZLECAf - Au service des femmes et des jeunes, un rapport qui donne la parole aux producteurs, aux commerçants et aux responsables politiques sur l’importance cruciale des petites et moyennes entreprises dans la stimulation du commerce intra-africain.

Pour les demandes des médias, veuillez contacter :

Suivez-nous sur Twitter : @UNDPAfrica | @ecowas_cedeao

Hashtag : #OneAfricanMarket

Icon of SDG 08 Icon of SDG 09

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Afrique 
Aller à PNUD Global